La « Jeune Pologne », un mouvement littéraire et artistique

Cracovie, berceau de la "Jeune Pologne"Le 20ème siècle est le plus riche et le plus varié, en ce qui concerne la poésie polonaise. Aucun siècle n’aura, en effet, produit autant de talents poétiques, autant d’expressions personnelles, ni autant de styles originaux. En France, c’est le 19ème siècle qui a été le grand siècle de la création littéraire, le siècle des bouleversements, avec le romantisme, notamment. En Pologne, le siècle des bouleversements artistiques et littéraires, c’est le 20ème siècle, mais pas tout le 20ème siècle, comme on pourrait le penser. La période de ce grand bouleversement correspond, en particulier, au début du siècle, et s’étend à la veille de la 2ème Guerre Mondiale. C’est à ce moment qu’écrivent les poètes qui vont marquer le siècle. Le 20ème siècle s’ouvre, en effet, avec le courant de la « Jeune Pologne », un courant qui porte de nouveaux espoirs et qui marque l’avènement d’un nouveau mode de pensée chez les écrivains et chez les artistes. C’est une révolution littéraire. Les écrivains et les poètes sont à la recherche d’une nouvelle sensibilité, de nouvelles expériences artistiques. Ils sont influencés par les mouvements européens, le romantisme, le symbolisme, le surréalisme, le Parnasse et la théorie de l’art pour l’art. Maurice Maeterlinck, Guillaume Apollinaire, Théophile Gautier, Stéphane Mallarmé, Charles Baudelaire, Paul Verlaine et Arthur Rimbaud sont tous des poètes qui inspirent la création des jeunes artistes polonais. À la veille de la 1ère Guerre Mondiale, il y a une vraie effervescence poétique dans toute l’Europe, une effervescence propice à la création et à l’apparition de cette « nouvelle donne » artistique, la « Jeune Pologne ». La plupart des poètes et critiques littéraires de l’époque datent le début de cette période à l’intervalle allant des années 1890 à 1910, comme le définit Tadeusz Boy-Żeleński. C’est alors que commencent à écrire ces écrivains qui appartiennent au mouvement de la « Jeune Pologne ». La « Jeune Pologne », c’est ce courant moderniste, littéraire et artistique, qui se retrouve en littérature, dans la poésie, le théâtre et la prose, mais aussi dans les arts, un mouvement qui suit de près l’élan de la création européenne. Cela désigne le renouveau dans la création artistique et littéraire. En ce qui concerne la poésie, ce courant artistique est l’un des plus créatifs, il mêle les influences du romantisme, du symbolisme, du Parnasse, entre autres, et il donne naissance à des écritures qui évoluent vers le futurisme, ou vers des styles encore inconnus. C’est un vrai mouvement d’avant-garde. La « Jeune Pologne » témoigne d’une renaissance de l’esprit des poètes polonais, d’une volonté de renaître artistiquement. Elle porte l’idée d’une rupture avec l’écriture passée et témoigne d’un total renouveau: renouveau dans les thématiques et dans les styles du poème, renouveau dans le ton et dans la forme, renouveau dans l’écriture poétique, renouveau de la philosophie et du message porté par les poètes. Les poètes de la « Jeune Pologne » évoquent souvent un idéal, idéal amoureux ou idéal humaniste. Leur message est porté vers l’avenir et le futur, en rupture avec le siècle passé. Les poètes de la « Jeune Pologne » contemplent le monde autour d’eux, ce monde parfois en ruine, menacé par les guerres, mais ils voient plus loin, vers l’idéal et vers le règne de l’infini. Ils voient le futur de l’humanité, ils voient les rêves des hommes sortir de la terre où ils étaient enterrés. Ils voient le bien commun de tous les hommes. Ils voient ce qui rassemble les peuples et l’humanité entière. Quand certains poèmes semblent s’adresser à la nation polonaise, comme un hymne patriotique, il faut en fait comprendre, la plupart du temps, l’appel à l’idéal humain, l’appel aux hommes, aux générations qui vivent et celles qui sont à venir. Le poète de la « Jeune Pologne » rejoint l’homme. Il prophétise, en quelque sorte, l’avenir de l’humanité, à travers la poésie. Il communie avec le peuple, pour lui dire de croire en ses rêves. La force de ces rêves reconstruit une nation, reconstruit un peuple et reconstruit l’humanité. Et bien que la Pologne soit à l’époque un territoire déchiré, la « Jeune Pologne » s’affirme comme un courant profondément humain, profondément idéaliste, porteur d’espoir, qui se tourne vers l’avenir grâce à la force des rêves et qui vise une sphère intemporelle, celle de la poésie.

CC BY-NC-SA

Image (réalisation personnelle) CC BY-SA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s