« Nocturne », poème de Tadeusz Miciński

Paysage d'hiver, Gyula Aggházy (1850–1919)

Nocturne

Un bois couvert de neige,
des bouleaux qui sont en pleurs,
mes tulipes ont toutes été
coupées, fendues par le gel.
Une mouette agonisante
repose à mes pieds —
les arbres songeurs
observent son cadavre.
Je nettoie le sang avec la neige,
mais rien ne l’assourdit —
j’entends un chant étrange
dans le château noir de l’âme.

Traduit par Chantal Lainé

CC BY-NC-SA

Texte original: Antologia Młodej Polski

Image domaine public: wikimedia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s