« Si seulement elle pouvait », poème de Bronisława Ostrowska

Champ de pavots, Henryk Weyssenhoff (1859-1922)

 

 

 

 

 

 

Si seulement elle pouvait, comme les buissons d’aubépine,
            Pousser dans la lumière d’or du soleil,
Ou bien fleurir comme une pâquerette,
            Au milieu des étendues désertes.

Si seulement elle pouvait comme le bouleau blanc,
            Disperser ses feuilles à terre,
Ou bien se colorer de rouge comme les viornes,
            Parmi les arbustes de la forêt.

Si seulement elle pouvait être cette molène à fleurs d’or,
            Une caresse du soleil,
Ou si elle pouvait fleurir comme la nielle des blés,
            A l’air, dans un champ vide.

Traduit par Chantal Lainé

CC BY-NC-SA

Texte original: Antologia Młodej Polski

Image domaine public: wikimedia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s