« Ananke », poème de Tadeusz Miciński

 
 
 
 
 
 
 
 
 
ANANKE

Les étoiles ont rendu leur jugement sur moi :
— les ténèbres sont éternelles, la faute est impérissable.
— Toi, le bâtisseur des tours plus hautes que les étoiles,
— tu erreras, comme un animal sauvage,
— la terre s’effondrera partout où tu poseras les pieds —
— tu seras gelé dans les flammes — tu brûleras comme une mèche.

Mais l’esprit royal réfuta les étoiles :
votre destin, c’est d’errer dans un cercle sans fin,
la preuve de ma liberté, c’est mon erreur même,
et mon cœur porte au fond de soi un pays.
Les souffles pleurent dans les arbres funèbres,
mais mon chant coule dans la barque de la vie.
Moi, qui bâtis des villes au-dessus des étoiles,
je me moque du désespoir des astres qui meurent.

Traduit par Chantal Lainé

CC BY-NC-SA

Texte original: Antologia Młodej Polski

Image domaine public: pinakoteka

Publicités