« Depuis l’obscurité des voiles noirs de la nuit », poème de Tadeusz Nalepiński

Odalisque, 19ème siècle, Jean-Baptiste Carpeaux

DEPUIS L’OBSCURITÉ DES VOILES NOIRS DE LA NUIT

« Quand veux-tu m’enterrer, Débauche aux bras immondes ? »
Les Deux Bonnes Sœurs, Baudelaire

Depuis l’obscurité des voiles noirs de la nuit,
         un visage pâle sort et se découvre,
Ses lèvres cherchent les miennes —
         … ah, tu me possèdes, je suis à toi…
Une ombre vient qui s’offre à moi,
         un cadavre amaigri, décharné et livide —
« Je suis l’essence de la vie, le cœur de la passion
         et la proie de la nuit »…
Sur ses lèvres et sur sa poitrine glissante,
         je bois un affreux plaisir,
Le refrain dément de mes plaintes tonne
         et retentit : viens rire, viens rire !…
Le spectre monstrueux dévore mes sens,
         tremble avec le souffle de la mort,
Et dans un cri qui ne porte plus aucune espérance,
         il déchire les rêves de ma Tristesse…

Traduit par Chantal Lainé

CC BY-NC-SA

Texte original: Antologia Młodej Polski

Image domaine public: catalogue Joconde

Publicités