Biographie de Marya Szpyrkówna (1893-1977)

Zakola Wisły (1904) de Stanisław WyspiańskiLes premières années de sa vie et de sa création littéraire

Marya Szpyrkówna (13 octobre 1893 – 22 avril 1977) est une romancière polonaise, poète, journaliste et traductrice de littérature russe. Marya Szpyrkówna passe son enfance à Vitebsk. Elle appartient à la génération des « Kresowiacy », terme qui désigne les polonais originaires des territoires disputés et repris à la Pologne après la guerre : l’Ukraine, la Biélorussie et la Lituanie. Elle étudie à Saint-Pétersbourg, puis à Varsovie. Sa carrière littéraire débute en 1909, à 16 ans, avec la publication d’un premier article. Son premier recueil de poésie, Strophes d’automne [Zwrotki jesienne], paraît, quant à lui, deux ans plus tard, en 1911. On y retrouve les échos et les influences des poètes russes qui sont connus à cette époque, notamment Constantin Balmont (1867-1942). Elle poursuit ensuite des études à l’Université Jagellonne de Cracovie.

Son exil et ses voyages à l’étranger

Après 1914, elle part vivre à Saint-Pétersbourg. Elle revient en Pologne en 1918, alors qu’elle a 25 ans, et elle s’installe à Varsovie. C’est à partir de cette date que son activité d’écrivain et de journaliste se développe, avec une série d’articles, dont le cycle de la « Bataille pour l’esprit » [« Walka o ducha »] (1924). De 1909 à 1949, elle va ainsi publier des articles dans plus de 60 journaux. Tout en publiant ses écrits, elle voyage : en 1920, à Chicago, dans le cadre de la mise en place du premier Consulat Général de Pologne, elle a alors 27 ans ; en Italie, en 1925 ; et en France, en 1928. Son 2ème recueil paraît en 1927, sous le titre Poésies [Poezje], à 34 ans. Mais à partir de cette date, elle écrit surtout des romans et des nouvelles, et délaisse quelque peu la poésie.

Ses années à Varsovie : son travail de rédactrice et son intérêt pour le spiritisme

En 1932, à presque 40 ans, elle devient rédactrice en chef du journal « Les Tournesols » [Słoneczniki], à Varsovie. En 1934, elle fait une série de voyages au Royaume-Uni. Par ailleurs, elle s’intéresse à la science et aux phénomènes de l’inconscient. Elle publie des articles sur ce sujet dans deux grandes revues, « Regards sur la métapsychique » [Przegląd Metapsychiczny], en 1935, et dans « Obeim. Bulletin polonais général sur l’ésotérisme et la métapsychique » [Obeim. Ogólnopolski Biuletyn Ezoteryczny i Metapsychiczny], en 1937. Elle s’intéresse aux rêves, aux phénomènes de l’inconscient et au spiritisme. Ces thèmes nourrissent son œuvre littéraire. On lui attribue d’ailleurs la réécriture poétique d’une vision du médium Agnieszka Pilchowa, « La prophétie de Tęgoborze » [Przepowiednia z Tęgoborza], dans un journal paru en mars 1939.  En 1941, elle vit toujours à Varsovie, mais s’installe en banlieue. Elle rédige à ce moment des travaux sur l’inconscient et sur les états qui relèvent du somnambulisme — tous ces écrits ont été détruits pendant la guerre.

La fuite de Varsovie et son installation à Gdańsk en 1946

Lors de l’insurrection de Varsovie, en 1944, elle prend part à l’organisation d’un Comité d’Aide Sociale. Bientôt contrainte par l’Armée Rouge à quitter la ville, elle part à Lublin et travaille au siège de « Polskie Radio ». Entre 1945 et 1950, elle écrit successivement deux recueils consacrés à Varsovie et à la ville de Gdańsk. En 1946, elle s’installe à Sopot, près de Gdańsk, et elle continue son activité à la radio polonaise. De retour à Varsovie, en 1956, à l’âge de 63 ans, elle devient membre d’un comité de recherche et rejoint la Ligue des Femmes. Son dernier recueil de poésie, paru en 1963, est encore consacré à la ville de Gdańsk. Aveugle pendant les dernières années de sa vie, elle meurt le 22 avril 1977, à Varsovie, laissant derrière elle 33 livres, dont de nombreux romans et des nouvelles, et parmi cela, 5 recueils de poésie : Strophes d’automne [Zwrotki jesienne], 1911, Poésies, [Poezje], 1927, Un Bonjour de Varsovie [Pozdrowienie z Warszawy], 1945, Quelques mots sur la ville de Gdańsk [Słowo o Gdańsku], 1950, Croquis de Gdańsk [Sztychy gdańskie], 1963.

CC BY-NC-SA

Image domaine public: wikimedia

Publicités