« Je vois l’énorme feu des steppes… », poème de Marya Szpyrkówna

Pejzaż z Sieniawy nad Rosią, 1903, Jan Stanisławski

Je vois l’énorme feu des steppes, au-dessus duquel
passent et scintillent les papillons de nuit…
— Le bonheur resplendit, il est proche et radieux,
Mais dans un instant ?… qu’en sera-t-il, au juste ?…
— Un coup de vent l’embrase — et l’emporte à mes pieds…
Ce qui rampe et remue encore… les ailes pourtant — brûlées…
— Et, troublée, je regarde ce voile sombre et ramassé
des brouillards qui errent en fumées à travers les steppes…

Traduit par Chantal Lainé

CC BY-NC-SA

Texte original issu du recueil « Zwrotki jesienne » (1911)

Image domaine public: pinakoteka

Publicités