« Perdue », poème de Bronisława Ostrowska

Rivière au soir_William_Keith (1838-1911)

PERDUE

Une jeune fille, qui s’était perdue, marchait
      Dans le bois secoué par le vent, en pleine nuit de lune :
      Là où les buissons poussent de la manière la plus abondante
Une jeune fille, qui s’était perdue, marchait…

Jusqu’au ruisseau abandonné du bois — à travers les buissons,
      En tenant un pot en fer dans les mains, —
      Elle se frayait un chemin à travers les broussailles humides
Jusqu’au ruisseau abandonné du bois…

Et elle attrapait le reflet de la lune,
      Avec son pot, dans la source qui coulait ;
      Elle se penchait en tremblant, au-dessus de l’eau,
Et elle attrapait… le reflet de la lune…

Traduit par Chantal Lainé

CC BY-NC-SA

Texte original: Antologia Młodej Polski

Image domaine public: wikimedia

Publicités